À Niort, la foire modifie sa pub qui se moquait des Québécois

À Niort, la foire modifie sa pub qui se moquait des Québécois

Posté dans : Actualités, Actus régionales | tag(s) : par krealyde.

La Foirexpo de Niort a dû modifier son affiche, jugée provocante par certains. On y voyait une famille québécoise affublée de cornes de caribou.

 

 

Certains d’entre vous ont peut-être remarqué que l’affiche du 84e Festival de Niort, du 28 avril au 6 mai, avait été modifiée comme le révèle La Nouvelle République. La première image, où l’on découvre une famille québécoise affublée de cornes de caribou, a été jugée ridicule par des Français et des associations franco-québécoises alors que des Québécois l’ont trouvé amusante.

 

«On a voulu faire un clin d’œil et que les gens se souviennent de l’affiche, assure Alain Ploszynski directeur de la Foirexpo. Même les québécois la trouvaient drôle. Ils n’ont pas compris pourquoi il fallait rectifier l’image.» Le maire avait, à l’époque, validé cette affiche publicitaire sans y voir l’ombre d’un souci. Lorsque, il y a un mois, certaines associations françaises ont émis que l’affiche avait une connotation trop provocante, pour éviter toute polémique maladroite, il a été décidé de la rectifier.

 

Selon Jean-Claude Sureau, l’adjoint en charge de la Foirexpo, cette rectification d’image «n’a rien coûté, car on connaît bien le prestataire, qui bien évidement a compris que la connotation franco-québécoise pouvait choquer certaines personnes. La chance que l’on a eu, c’est de ne pas avoir commencé l’impression des affiches en grand format. Seules les chemises avec cette image ont été envoyées aux exposants québécois.» La deuxième image est plus «soft», les cornes ont disparu des têtes. En revanche, derrière la famille se trouve un caribou avec ses cornes et un ours brun. Même la feuille d’érable, emblème du Canada et non du Québec, a été supprimée ce qui semble concorder avec une nouvelle création de l’affiche publicitaire. «Heureusement que les affiches n’ont pas été toutes imprimées, comme l’explique M. Sureau, sinon nous n’aurions pas changé l’image.»

 

Les 10.000 autocollants imprimés de l’ancienne version ne seront pas distribués mais pourront peut-être devenir collector.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *