Archives du mot-clef Internet

WordCamp Paris 2014 – vendredi 17 et samedi 18 janvier

wordcamp

 

Le WordCamp Paris 2014 se tiendra sur deux jours (vendredi 17 et samedi 18 janvier), avec des sessions de conférences, des ateliers et des sessions de contribution aux projets de la WordPress Foundation.

 

L’édition 2013 a réunit 250 participants, professionnels chevronnés comme simples utilisateurs, allant de l’intégrateur web au chef d’entreprise et aux développeurs. Les profils sont variés mais tous sont passionnés par WordPress et ses possibilités. L’édition 2014 réunira autant de participants, avec des conférences sur les deux journées.

 

 

Le wordcamps recherche des sponsors et des orateurs !

 

appel a sponsors : http://2014.paris.wordcamp.org/2013/11/13/appel-a-sponsors/

appel à orateurs : http://2014.paris.wordcamp.org/2013/10/29/appel-a-orateurs/

L’appel à orateurs sera terminé le lundi 2 décembre à minuit.

 

 

Tous les WordCamps doivent respecter cette charte :

 

En m’associant officiellement au WordCamp en tant que [orateur / sponsor / volontaire / organisateur], je comprends que par ce rôle je représente le projet WordPress et ses valeurs.

 

Je comprends que les valeurs du projet WordPress sont :

 

  • l’absence de discrimination basée sur le statut économique ou social, la couleur de peau, l’origine ethnique, la nationalité, les principes, les croyances politiques ou religieuses, la sexualité ou l’orientation sexuelle, le statut marital, l’âge ou le handicap ;
  • l’absence d’incitation à la violence ou la promotion de la haine ;
  • le refus des spammeurs ;
  • le refus des gêneurs ;
  • le respect de la marque déposée WordPress ;
  • l’adoption de la licence de WordPress. En distribuant des créations dérivées de WordPress (thèmes, extensions, distributions WordPress), les personnes et sociétés officiellement associées au WordCamp doivent donner à leurs utilisateurs les mêmes libertés que WordPress leur donne déjà : respect à 100% de la licence GPL ou d’une licence compatible, comme c’est le cas sur WordPress.org. Nous ne faisons pas la promotion de personnes ou de sociétés qui distribuent des créations basées sur WordPress qui ne sont pas à 100% compatible avec la licence GPL.

 

Si vous avez des craintes ou des questions au sujet de la GPL, n’hésitez pas à nous en parler. Pour résumé, cela signifie que si vous vendez des extensions ou des thèmes WordPress, il faut que leur code PHP soit sous licence GPL.

depuis 2012 : Changer l’adresse de sa carte grise en ligne

Système d’immatriculation des véhicules : un nouveau téléservice pour le changement d’adresse. Les titulaires de véhicules immatriculés dans le système d’immatriculation des véhicules peuvent désormais effectuer un changement d’adresse en ligne.

 

 

 

La mise en œuvre du système d’immatriculation des véhicules (SIV) en 2009 a permis de moderniser et de simplifier la procédure d’immatriculation des véhicules en France.

 

Avec le SIV, en effet, il est désormais possible de faire immatriculer son véhicule dans l’un des 20 000 garages aujourd’hui habilités ou auprès des préfectures et ce quel que soit son lieu de résidence. Le certificat d’immatriculation est ensuite envoyé au domicile du demandeur en 48 heures après le dépôt de la demande.

 

Le SIV constitue un exemple concret de rapprochement de l’administration et de l’administré, tout en renforçant la sécurité de la procédure administrative.

 

Aujourd’hui, plus de 26 millions de véhicules ont été immatriculés dans le SIV.

 

Par ailleurs des services en ligne ont été associés au SIV :
– suivi en ligne de la production et de l’acheminent du titre ;
– demande de certificat de situation administrative de véhicule ;
– possibilité de renseigner en ligne des formulaires CERFA les plus utilisés ;
– possibilité de pré-renseigner en ligne les informations nécessaires à la ré-immatriculation d’un véhicule à son nom avec émission d’un bon d’opération à présenter en préfecture avec l’ensemble des pièces nécessaires ;
– possibilité de pré-renseigner les formulaires de déclaration de perte et de demande de renouvellement de certificat d’immatriculation

 

Afin d’accroître l’offre de service, il est désormais possible depuis le 3 janvier 2012 pour les titulaires de véhicules ayant une immatriculation SIV d’effectuer un changement d’adresse en ligne sur le portail https://mon.service-public.fr

 

Environ 1,8 millions de changements d’adresse sont enregistrés annuellement dans le SIV, en préfecture. Avec ce nouveau téléservice, l’usager ayant effectué la demande recevra à domicile l’étiquette à apposer sur son certificat d’immatriculation. Ce dernier pourra recevoir jusqu’à trois étiquettes. Au quatrième changement d’adresse un nouveau certificat d’immatriculation sera adressé au domicile de l’intéressé.

 

Ce nouveau service va donc simplifier la démarche de l’usager en lui évitant les déplacements et l’attente aux guichets et en lui permettant d’effectuer de chez lui une opération simple.

 

►Pour en savoir plus sur le changement d’adresse en ligne, cliquez ICI

La fibre optique va irriguer le département de vendée

Le conseil général a voté son schéma numérique. Vingt-deux millions d’euros vont être investis
pour tirer 356 km de fibre optique.

« Aussi fondamental que le désenclavement routier et ferroviaire. » Bruno Retailleau en fait une priorité depuis son élection à la tête du Département : doter la Vendée d’un plan numérique. « Le très haut débit est essentiel aujourd’hui pour les entreprises, souligne Alain Leboeuf, président de la commission numérique. Et aussi pour les particuliers, pour l’accès à l’information, pour l’éducation, l’administration» Un schéma territorial qui a été adopté, hier.

 

Il s’appuie d’abord sur la création d’un réseau de fibre optique, qui permettra de véhiculer les données numériques à 100Mbit/s, à travers tout le département. Avec un raccordement possible dans chaque canton, y compris l’île d’Yeu. Il s’agit des « autoroutes numériques » de la Vendée. Pour les réaliser, « on s’appuiera sur les linéaires de fibre optique existants et mobilisables : le long des autoroutes, des voies ferrées. Et sur des projets lancés », comme celui de la Région, baptisé Gigalis (voir carte ci-contre). Ensuite, pour assurer un maillage courant jusqu’à chaque canton, « 356 kilomètres de liaisons restent à construire. Nous travaillons avec de nombreux partenaires pour leur réalisation (Sydev, Vendée eau, etc.) ».

 

22 millions pour le réseau

 

Le Département a voté un crédit de 22 millions d’euros pour construire ce réseau, qui sera jalonné de 102 « échangeurs ». « Des points qui, comme pour une autoroute, permettront d’entrer sur le réseau. » On en trouvera donc au moins un par canton, un pour chaque commune traversée directement, un pour chaque Vendéopôle, et des raccordements des points hauts (pylônes, châteaux d’eau…). Ces derniers sont importants pour les technologies hertziennes comme la 4G, le très haut débit pour les mobiles.

 

À partir de ces 102 « échangeurs numériques », « il faudra ensuite desservir chaque utilisateur, poursuit Alain Leboeuf, qui précise que là, « c’est aux intercommunalités d’imaginer le meilleur déploiement sur leur secteur. Le Département « s’engage à financer 50 % des études ». Elles auront le choix entre trois solutions, qui peuvent se cumuler : la création d’une boucle locale intercommunale, le raccordement direct de l’abonné à la fibre optique ou encore « la montée en débit sur l’ADSL classique ». Cela « consiste à augmenter la performance du haut débit en diminuant la distance séparant l’abonné du point le plus proche raccordé en fibre optique. »

 

« On dévoile une stratégie »

 

Ce dernier dispositif est aussi l’autre volet du schéma départemental, qui cible 84 zones où les débits ADSL sont les plus faibles (512 kb/s). « Il faudra de nouveaux centraux téléphoniques pour ces zones, qui permettront une rapide amélioration du débit pour environ 25 000 foyers. Le coût d’investissement sera partagé par le Département et les communautés de communes. Nous comptons aussi lancer ces projets dès 2012 ». Ils devraient bénéficier aussi de subventions.

 

« Nous dévoilons aujourd’hui une stratégie, souligne Bruno Retailleau, mais tous nos chiffres sont encore indicatifs. On ne sait pas encore comment seront réparties les aides de l’État et européennes sur ces projets ». Le coût du déploiement de la fibre optique est lui aussi indicatif. « Cela dépendra de la disponibilité de fourreaux ou même des lignes existantes que les opérateurs téléphoniques n’ont pas encore communiquées. On réajustera donc peu à peu notre stratégie. »

 

Internet : Première connexion haut-débit par satellite en Vendée

La résorption des zones d’ombres avance dans notre département, grâce au satellite: 300 particuliers qui ne disposaient pas encore d’un accès Internet haut-débit vont désormais pouvoir surfer sur la toile.

 

 

 

 

 

 

Il faut s’enfoncer au bout d’une petite route, en pleine campagne, pour apercevoir le petit coin de paradis que s’est construit avec le temps Alain Bernard, juste à côté des Lucs-sur-Boulogne. Ce lieu est idéal pour les amateurs de nature, mais certainement moins pour les amoureux de la haute-technologie.

 

Du moins jusqu’à aujourd’hui, puisqu’Alain Bernard vient de bénéficier, grâce au soutien du Conseil général de la Vendée, d’une liaison par satellite pour surfer sur Internet en haut-débit.

 

Il est le premier Vendéen à profiter de cette nouvelle offre du Département.
300 particuliers isolés
« Il était impossible d’obtenir la technologie ADSL parce que la centrale téléphonique était trop loin de chez nous, explique Alain Bernard. Au départ, nous pensions pouvoir bénéficier, comme nos voisins, de la technologie WiMax qui permet la transmission du haut débit par les ondes radio. Mais nous ne pouvions pas réceptionner ces ondes, tout simplement parce que nous étions à quelques centaines de mètres en contrebas. »

 

Ce professeur de sport au Poiré-sur-Vie fait partie des 300 particuliers en Vendée qui ne peuvent avoir un accès à Internet haut-débit par les technologies ADSL ou WiMax.

 

Dans la plupart des cas, ce sont des endroits isolés, en bas d’une vallée, en dehors des hameaux.
L’installation et la parabole financées
«En soi, c’est possible d’obtenir une liaison satellite, ajoute Alain Bernard. Mais les démarches sont affreusement compliquées et les frais de mise en place sont très chers. Le Conseil général nous facilite énormément la tâche et finance l’installation ainsi que la parabole. Je n’ai qu’à payer l’abonnement. C’est sympa car ils respectent ce principe d’égalité et offrent à tout le monde l’accès à une communication devenue indispensable pour tous. Personnellement, jamais je n’aurais mis autant d’argent là-dedans si je n’avais pas été aidé par la Vendée.»

 

Cette installation, Alain Bernard l’a voulu pour sa fille qui est actuellement en terminale. Internet lui est utile pour garder des contacts avec ses amis, mais surtout parce que son travail scolaire nécessite de nombreuses recherches sur le Web.
Pour son père, c’est pareil : « Je reçois tout mon courrier professionnel par e-mail maintenant. Avant cette installation, j’étais obligé de passer par mon lieu de travail pour me tenir au courant de ce qu’il se passait. Internet a été une vraie révolution pour notre famille.»

 

« En privant des foyers à un accès internet à haut-débit, on risque à terme de provoquer une fracture numérique, précise Bruno Retailleau, vice-président du Conseil général de la Vendée. C’est pourquoi nous voulons maintenant passer au très haut débit comme c’est déjà le cas dans les Vendéopôles avec la mise en place de fibres optiques. Pour les particuliers, nous allons bientôt lancer une étude en vue d’accroître les débits déjà disponibles en Vendée. »

 

Pour vérifier si l’on est éligible :

● à l’ADSL, appeler le fournisseur d’accès à Internet souhaité.

● au WiMAX, appeler la société Altitude Telecom au 0 892 760 800 (0.34 cts/minute).

● Si aucune des deux solutions n’est disponible, écrire au Département qui indiquera la solution la plus adéquate, en écrivant à :

Conseil Général de la Vendée Programme « Zones d’ombre haut débit »
40 rue du Maréchal Foch
85 923 La Roche-sur-Yon
Cedex 9
Tél : 02 51 34 48 48 (standard)

Comment trouver ce que l’on veut sur internet ?

Internet c’est bien, mais comment trouver ce que l’on recherche parmi ces millions de pages.
 
 
La recherche s’avoue parfois longue et peu fructueuse ! Mais avant de commencer avez vous la bonne méthode ou les bons reflexes de recherche ?

 
 
 
 
Avant de commencer…
 
Définissez votre sujet de façon aussi complète et succincte que possible. Pour tirer le maximum de votre expérience, prenez le temps d’écrire le genre d’information que vous cherchez. Demandez-vous ce que vous voulez savoir exactement, ce qui ne vous intéresse pas, et pourquoi. Cela vous aidera à sélectionner les mots-clés qui conviennent à votre recherche.
  
Les mots-clés
 
À l’exception des moteurs de recherche qui acceptent des questions, les moteurs de recherche fonctionnent mieux si vous leur fournissez plusieurs mots-clés. Alors comment déterminer combien de mots-clés donner, et lesquels ?
 
Regardez les questions et les réponses que vous avez notées, en particulier les noms et les objets. Éliminez tous les pronoms (elle, quel), que les moteurs de recherche considèrent redondants. Retenez 6 à 8 mots (maximum recommandé). En moyenne, la plupart des utilisateurs soumettent 1,5 mot, ce qui n’est pas suffisant. Essayez d’éviter les verbes d’action et n’utilisez des adjectifs que s’ils aident à définir l’objet de votre recherche (comme dans planète bleue).
 
Maintenant que vous avez vos mots-clés, comment les présenter à votre moteur de recherche ?
  
Les moteurs de recherche
 
Un moteur de recherche est un « robot » qui indexe les pages Web en fonction de leur titre, de certains mots-clés ou de leur contenu complet. Apprendre à effectuer des recherches efficaces vous permet de tirer le maximum de votre moteur de recherche et d’éviter les résultats redondants ou peu concluants.
 
Le défi principal, lors de l’utilisation d’un moteur de recherche, repose sur le choix des mots-clés et de leur disposition. En effet, vous ne voulez pas obtenir trop de résultats ni trop peu, ou bien des résultats hors sujet. Souvenez-vous, c’est en forgeant qu’on devient forgeron !
  
Utilisation de syntagmes ou groupes de mots
 
Votre méthode de recherche la plus puissante est celle du syntagme (appelé « phrase » en anglais). Les syntagmes sont des combinaisons de deux ou plusieurs mots que le moteur de recherche doit trouver dans l’ordre EXACT où vous les avez indiqués dans les documents indexés. Pour utiliser cette méthode, vous devez inscrire vos mots-clés entre guillemets anglais (exemple : « fromage feta »). Certains services de recherche offrent des options spéciales pour les syntagmes, d’autres ne les acceptent pas du tout, mais presque tous vous laissent utiliser des guillemets. Vérifiez les fichiers d’aide de votre moteur de recherche !
  
Ponctuation et majuscules
 
La plupart des moteurs de recherche ne font pas la distinction entre majuscules et minuscules. Pour les recherches générales, il est toutefois préférable d’utiliser des lettres minuscules. Tous les moteurs de recherche ne traitent pas les signes de ponctuation de la même façon. En cas de doute, consultez le fichier d’aide pertinent.
  
Rudiments des recherches booléennes
 
La recherche booléenne (dont le nom provient de George Boole, mathématicien du XIXe siècle qui a fondé la logique symbolique) est une technique qui vous permet de limiter votre recherche à un nombre raisonnable de résultats et d’en augmenter la pertinence. Les techniques booléennes sont simples à apprendre et peuvent considérablement améliorer vos recherches. Les trois commandes (ou opérateurs) les plus courantes sont ET, OU et SAUF. La plupart des moteurs de recherche (parfois même ceux dont l’interface a été traduite) utilise la forme anglaise : AND, OR et AND NOT. Enfin, pour effectuer une recherche simple, il est possible d’utiliser les opérateurs + et -.
 
ET/AND ne récupère que les documents qui contiennent les deux mots entrés. La recherche « Paris AND « tour Eiffel » AND « Champs-Élysées » AND Montmartre » ne vous donnera que les sites qui contiennent les quatre mots-clés ou syntagmes. Cette commande sera sans doute celle que vous utiliserez le plus.
 
OU/OR cherche les documents qui contiennent l’un ou l’autre mot. Par exemple, la recherche « Paris OR « tour Eiffel » OR « Champs-Élysées » OR Montmartre » vous donnera tous les sites où sont mentionnés un ou plusieurs de ces quatre mots-clés ou syntagmes. Vous pouvez utiliser le OU/OR pour faire une recherche à l’aide de synonymes ; attention, il ne faut pas confondre avec l’utilisation de ET/AND.
 
SAUF/AND NOT affiche les documents qui ne contiennent pas le deuxième mot entré. Par exemple, la recherche « Paris AND « tour Eiffel » AND NOT « Champs-Élysées » » vous amènera aux sites où se retrouvent les mots Paris et tour Eiffel, mais pas Champs-Élysées. Cette commande ne s’applique qu’au terme ou au syntagme qui la suit. La plupart des moteurs de recherche acceptent l’opérateur SAUF/AND NOT, qui peut aussi être traduit par un signe négatif (-) ; vérifiez le nom à utiliser sous l’option Aide du moteur de recherche. Voyez quels résultats vous obtenez dans les premières étapes de votre recherche avant d’avoir recours à SAUF/AND NOT. Cet opérateur est très utile pour éliminer les informations qui ne sont pas appropriées, comme la pornographie.
  
Conseils :
 
-Lorsque vous soumettez une phrase, utilisez des substantifs comme mots-clés, jamais d’articles (un, la), de pronoms (elle, quel), de conjonctions (et, ou) ni de prépositions (de, pour).
-Utilisez six à huit mots-clés par recherche.
-Dans la mesure du possible, combinez vos mots-clés en syntagmes à l’aide de guillemets anglais, comme dans « système solaire ».
-Évitez les fautes d’orthographe.
-Évitez les termes redondants.
-Pensez aux synonymes.
-Cliquez sur la rubrique Aide de votre moteur de recherche, vous y trouverez des conseils utiles.
  
Une recherche Internet réussie peut être longue à effectuer. Rappelez-vous qu’on estime entre 200 et 800 millions le nombre de documents disponibles sur Internet et qu’il n’existe aucun système de classement universel ! La recherche efficace se développe avec de la patience, de l’ingéniosité et par essais et erreurs.

La fibre optique attendue à La Roche sur yon pour 2015

Orange pourrait installer la technologie du très haut débit à La Roche-sur-Yon et aux Sables-d’Olonne à l’horizon 2015. À condition que la réglementation soit fixée à temps.
« Les communes de La Roche-sur-Yon et des Sables-d’Olonne sont bien concernées par notre programme de déploiement de la fibre optique », assure Bruno Janet, directeur chez Orange des relations avec les collectivités locales.

En février dernier, l’entreprise faisait part de sa volonté d’investir deux milliards d’euros entre 2010 et 2015 dans le fibrage de la France. La technologie devrait décupler la puissance du réseau de communication, avec un débit allant de 20 mégabits à 1 gigabit par seconde. Le très haut débit promet un développement des usages actuels d’internet, comme l’introduction de la télévision HD dans les offres « triple-play » par exemple.

 

« Nous avons pour objectif de couvrir une à deux villes dans chaque région française d’ici 2012 et dans chaque département d’ici 2015. » Si Orange met ainsi les cartes sur la table, c’est pour « donner une visibilité aux élus sur ses projets en tant qu’opérateur privé », affirme Bruno Janet.

 

L’exécution de la première promesse, qui concerne Nantes dans la région Pays de la Loire, est en bonne voie. « La réglementation est très claire pour le déploiement dans les très grandes villes (zone 1), explique Bruno Janet. Par contre nous attendons toujours les conclusions de l’autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) pour ce qui est des villes moyennes (zone 2). Si la réglementation s’éclaircit au cours de cette année comme c’est prévu, nous serons en mesure de commencer les travaux pour y déployer la fibre optique. »

 

Des travaux dont la société est prête à supporter l’intégralité du coût financier. « Nous nous engageons en outre à réutiliser au maximum les infrastructures existantes (fourreaux et gaines notamment) pour limiter les nuisances visibles lors de l’installation de la fibre optique », ajoute Bruno Janet.

 

Un recensement en Vendée

 

Dans le cadre du plan gouvernemental « Très Haut Débit », les collectivités locales sont invitées à mettre en place un « schéma directeur territorial d’aménagement numérique ». Le Conseil général de la Vendée s’est désigné auprès de l’Arcep pour recenser les infrastructures et réseaux numériques existants et présenter une stratégie de développement permettant d’assurer la couverture du territoire. « Le schéma est encore en cours d’élaboration. Nous travaillons en relation avec l’État et les autres collectivités territoriales pour trouver les solutions techniques », annonce Franck Vincent, directeur général du conseil général.

 

« L’engouement des opérateurs privés pour fibrer les zones les plus denses est compréhensible : cette technologie concerne 310 000 prises dans le département, dont 26 000 à La Roche-sur-Yon et 10 000 aux Sables-d’Olonne. Notre rôle est de favoriser la couverture des zones moins peuplées, en complétant les opérations privées par l’initiative publique. »

 

Le but est donc d’éviter la fracture numérique entre les agglomérations et les zones les moins denses. « Nous ne nous désintéressons pas de ces zones-là, précise Bruno Janet chez Orange. Nous sommes prêts à conclure des partenariats avec les collectivités locales pour y amener la fibre optique ou proposer des solutions de montée en débit. »

 

Pourquoi faire appel a un professionnel du web ?

Je vais vous expliquer pourquoi faire appel à un professionnel pour la création de son site internet, alors qu’il est pourtant « si simple » d’en faire un soi-même.

 

De nos jours il existe de nombreuses plate-formes qui permettent à tout le monde de réaliser un site. Alors pourquoi faire appel à un professionnel du web ?

 

 

Une plate-forme en ligne ne suffit pas à faire un bon site, pourtant la publicité des plates-formes promotionne le contraire, il promotionne rapidité , professionnalisme, simplicité, il vous offre des design préconçu, jusqu’au recadrage des photos…

 

Pour ma part ces propositions fabrique du site à la chaîne ou identité visuelle perd son sens, ou une entreprise perd de sa crédibilité en perdant sa propre identité. Si une entreprise n’a pas assez d’argent pour investir dans une communication de qualité, elle ne pourras que me fournir un travail de basse qualité.

 

Il est important de soigner son image. Souvent ces plates-formes n’optimise pas le référencement et le site est bridé pour éviter que le novices ne fasse des erreurs, les images sont de basse qualités, et le site manque de structure … Faire appel à un professionnel c’est aussi faire appel à une expérience et à un savoir-faire.

 

Faire appel à un professionnel c’est s’assurer que le site correspond aux attentes du public, que les textes et les photos seront d’une parfaite qualité et optimisées, que la mise en page sera belle avec les points essentiels mis en avant, les articles mis à jour, les fonctionnalités soient ciblées et mises en valeurs (formulaire de contact, partage sur les réseaux sociaux, flux RSS, newsletter…), que la sécurité soit maximale et les sauvegardes effectuées, que le référencement soit optimal…

 

Une agence web travail avec plusieurs professionnels du web et ces professionnels du web ont fait des études dans la communication, le graphisme, la programmation… Demandez vous si n’importe quel débutant serait capable d’exercer votre métier grâce a un site web ou vous a-t-il fallut des années pour acquérir votre savoir faire ?

 

Un site qui donne une allure d’amateur fera fuir les clients et vous perdrez de la crédibilité . Vous aurez donc perdu du temps et de l’argent.

 

Comment fonctionne un site internet ?


Un site internet c’est bien, mais comment cela fonctionne ?

 

Nous allons vous expliquer de façon simple comment fonctionne un site internet de base.

 

 

Un site web est composé au minimum de 2 langages qui sont le XHTML et le CSS.

 

Le XHTML (eXtensible HyperText Markup Language) est un langage constitué de balises, il permet de structurer et de mettre en forme le contenu d’une page : paragraphe, liste , titre … XHTML est le langage de base du Web.

 

Le CSS (cascading style sheet) est un langage permettant la mise en forme de votre page xhtml et ne peux fonctionner sans celle-ci. Le CSS permet de définir la présentation d’une page web : couleur et taille de la police de caractère, couleur de fond , alignement du texte, placement des images …

 

Le navigateur est un programme qui restranscrit visuellement le code XHTML/CSS contenu dans les pages web : mozilla firefox, internet explorer, safari … Son but est de lire le code que constitue une page web et de vous affichez ce qu’il représente.

 

Le serveur est un gros ordinateur sans écran ou l’on y télécharge des pages web auquel on attribut une adresse web de la forme : www.monsite.extension. Tous les sites internet sont héberger sur des serveurs.

 

L’internaute demande une page web en tapant une adresse web ou en cliquant sur un lien dans le navigateur, celui-ci interroge le serveur. la page affichait sur le navigateur réfléchie, une petite icône tourne, le navigateur attends la réponse du serveur. Le serveur traite la demande et renvoie la réponse le navigateur traduit le code renvoyer par le serveur, il affiche la réponse et l’on peut consulter la page web voulu.

 

Le créateur de site internet met les fichiers xhtml/css sur le serveur pour que l’internaute puisse voir le site partout dans le monde et il attribut une adresse a ces pages.

 

Il est très facile pour n’importe qui de créer une page web xhtml/css et donc un site statique.

 

La plupart des sites professionnel sont dynamiques et font appel à une base de donnée ou sont stockée toute les informations et contenu du site. Cette base de donnée est gérée par un langage de programmation dynamique par exemple le php, ce langage sert a récupérer les données de la base de donnée, il sert aussi a créer des pages xhtml automatiquement et a transférer du contenu, envoyer des mails, entre autres…

 

Les idées fausses concernant la création d’un site web !


Beaucoup d’idées fausses , de rumeurs tournent autour du web et cela va bon train sur le net on peut trouver tout et son contraire. Alors qui croire ?

 

Je pense que les professionnels du web seront les mieux placés pour répondre aux questions que l’on se pose quand on veut se lancer dans la création d’un site.

 

  1. Il suffit de créer son site pour être vu.
    Créer un site est une porte ouverte sur le monde, mais a quoi sert-elle si cette porte est au fond d’une impasse. Il ne suffit pas de créer un site pour attirer du monde. Une fois votre site créer il faut vous demander si vous voulez être vu ou pas. Sinon cela n’auras que pour effet de n’être qu’une carte de visite sur le web et vous distribuerez l’adresse au compte goutte. Pour être vu, il faut absolument optimiser votre référencement.
  2. Grâce a internet cela va m’apporter tout de suite de nouveau clients.
    Pour trouver de nouveaux clients, il faut être vu. Distribuez votre adresse web et misez que sur le bouche à oreille peu être fastidieux à faire soi même. Il faut donc faire appel au savoir faire d’un référenceur ou d’une agence de pub afin d’optimiser votre communication. Pour cela, il existe des astuces ou seul un professionnel en maitrise les subtilitées.
  3. Créer un site, c’est facile.
    Beaucoup pense que créer un site c’est facile et que ce n’est pas un vrai métier, car on assimile beaucoup internet avec gratuit. Sachez que pour créer un site internet cela fait appel à plusieurs corps de métiers : les webdéveloppeurs qui doivent maîtriser plusieurs langages de programmations (language dynamique comme php, base de données…) , les webdesigners qui doivent mettre en place le design du site (xhtml, css, javascript) et les graphistes qui doivent créer l’esthétique et le design du site selon plusieurs principes de communication (photoshop, retouche photo…). Les personnes qui créent votre site doivent aussi faire attention à ce que le site apparaisse de la même façon sur tous les navigateurs (ce qui n’est pas d’une mince affaire).
  4. Une fois mon site créer, le référencement se feras automatiquement.
    Une fois le site créé il faut optimiser le référencement, souvent le webdéveloppeurs prépare le site en conséquence, mais cela n’est pas toujours le cas. Optimiser son référencement n’est pas à négliger et permettra à votre site de mieux se faire voir par les internautes. Le référencement est la partie cachée de l’iceberg et n’est pas à négliger, pensez à vous renseigner sur son coût avant de vous lancer dans la création d’un site.
  5. Créer un site ne demande pas beaucoup d’investissement.
    Un site internet demande énormément d’investissement à moins de ne voir qu’en lui une plate forme de présentation, un peu comme une carte de visite virtuelle. Un site demande un investissement financier tout d’abord, car la conception d’un site n’est pas gratuite et demande des connaissances spécifiques. Un investissement personnel, car vous devrez être disponible pour répondre au internautes et communiqué avec eux , les fidéliser, mais du temps également pour référencer votre site.
  6. Sur internet tout est gratuit.
    Tout travail mérite salaire, il faut se méfier des offres alléchantes moyennant un travail contre aucun revenus, souvent il se cache quelque chose derrière. Internet n’est pas si différent de la vie réel et les offres gratuites nécessite une attention toute particulière. Méfiez vous d’où sont héberger ces sites, et sous quelles conditions proposent ils leurs offres, renseigner vous sur leurs conditions générales, leurs mentions légales… Par exemple on peut trouver des hébergeurs gratuits, pourquoi ? parce qu’ils se rémunèrent en mettant une publicité sur votre site comme myspace par exemple.
  7. Le paiement en ligne est très risqué, il vaut mieux payer par chèque.
    Le paiement en ligne est risqué qu’à deux conditions ne pas avoir vérifier la fiabilité du site, ainsi que lorsque vous effectuez une transaction si  l’url ne présente pas le « https » qui indique que vos informations sont cryptées. Grâce au « https » le commerçant ne voit jamais votre numéro de carte bancaire et il ne peut donc pas l’enregistrer.
  8. Je dois développer mon site en .com pour être reconnu.
    Avoir son nom de domaine en .com n’est pas primordial, un nom en .com est équivalent de tout autres. Il n’y a pas de meilleur nom de domaine qu’un autre. Par contre pour éviter toute confusion mieux vaux s’approprier toute la déclinaison de nom de domaine (.fr, .eu,.net,.org …) et ainsi limiter la concurrence. Chaque nom de domaine signifie quelque chose : .com communication, .fr france, .eu europe, .org organisation, … Retenez que le meilleur nom de domaine est celui que le client retiendra le mieux.

Droit à l’oubli numérique, protection des données

Viviane Reding, commissaire européenne à la Justice à Bruxelles, propose une loi pour la protection des données personnelles des internautes, loi qui n’avait pas été révisée depuis 1995. La nouvelle législation pourrait donner des sanctions pour les sites Internet qui ne respecteraient pas la loi européenne sur l’utilisation des données personnelles. La loi du « droit à l’oubli » vise à garantir aux internautes le respect de leur vie privée.

 

En contrôlant la publication des données sur les moteurs de recherche et sites, les géants du Net n’ont plus qu’à bien se tenir. Sont visés Google, Facebook , pour ne citer que les plus connus. Google a d’ailleurs revu sa charte de confidentialité ce même jour.

 

Viviane Reding s’appuie sur le principe selon lequel  » les données personnelles appartiennent à la personne « , la proposition de loi commune aux 27 Etats membres de l’UE, prévoit d’obliger sites marchands, réseaux sociaux ou moteurs de recherche d’obtenir le consentement de l’internaute avant d’utiliser ses données, et d’offrir à la personne un droit de rétractation  » l’oubli numérique « . Théoriquement, un internaute qui résiliera son compte Facebook, par exemple, devra pouvoir obtenir la destruction de toutes ses données personnelles, y compris les photos ou il apparaitrait. Tout cela semble impossible du moment que le fichier est numérisé ou qu’une autre personne possède des photos compromettantes.

 

Le principe est que les données sont présumées utilisables tant que la personne ne s’y est pas explicitement opposée. Tout manquement coûterait aux entreprises liées au site internet jusqu’à 1 million € ou 2 % du chiffre d’affaires.

 

Google a souhaité faire le premier pas en la matière en révisant sa charte de confidentialité qui remplacerait à partir du 1er mars la soixantaine de règles appliquées jusqu’ici.Google renforcera le dispositif de collecte de données. Ainsi, toutes les informations des utilisateurs de Gmail au réseau social Google+, seront regroupées afin de pouvoir mieux protéger ses données.

 

En France, les entreprises et organisations devront obligatoirement notifier, à l’autorité de contrôle nationale (la Cnil), les manquements à la protection de données à caractère personnel.Elles pourront pour cela infliger des amendes – ce qui est déjà le cas de certaines Cnil en Europe, notamment la Cnil espagnole.

 

Ce projet est particulièrement ambitieux et difficile à mettre en œuvre, il pourrait ne jamais voir le jour. La proposition de loi doit maintenant passer devant le Parlement européen et le Conseil des ministres. Puis il y aura les débats. La commissaire européenne à la Justice espère terminer le dossier pour la fin de l’année 2012. Il faudra ensuite attendre deux ans avant l’application de la législation…

Droit à l’oubli numérique: définition d’Alex Türk par cnil